Les enfants de l’école de Villaines à la cérémonie de la stèle

6 octobre 2016

Articles récents

WP_20161001_044WP_20161001_043IMAG1405

Samedi 1er octobre, des enfants de Cours Moyen de l’école de Villaines nous ont fait vivre un moment intense.

Chaque année, une cérémonie en mémoire des fusillés du Camp du Ruchard a lieu à la stèle située au milieu du camp. Elle regroupe plus de quarante porte-drapeaux des associations d’Anciens Combattants ou Résistants, les militaires et de nombreux élus. L’association de la stèle souhaitait depuis longtemps associer les jeunes générations à cette commémoration. C’est chose faite avec la participation de l’école de Villaines.

Sur la base de la lecture du livre sur le Camp du Ruchard édité par l’association Infos Troglos, les enseignantes ont accompagné les enfants sur la lecture de 3 poèmes que vous trouverez ci-après :

- Nuit et Brouillard de Jean Ferrat

- Je trahirai demain de Marianne Cohn

- Les fusillés de Châteaubriant de René-Guy Cadou

Les enfants, les enseignantes et les parents ont été chaleureusement remerciés dans les différentes interventions des représentants des associations et des instances (collectivités, militaires, …).

2 enfants on également accompagné Marie-Annette BERGEOT, Maire de Villaines-les-rochers, lors du dépôt d’une gerbe à la stèle des fusillés.

Nuit et Brouillard

Jean FERRAT

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n’étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe il ne reste qu’une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d’arrêts et de départs
Qui n’en finissent pas de distiller l’espoir

Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou
D’autres ne priaient pas, mais qu’importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Ils n’arrivaient pas tous à la fin du voyage
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux
Ils essaient d’oublier, étonnés qu’à leur âge
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues

Les Allemands guettaient du haut des miradors
La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers

On me dit à présent que ces mots n’ont plus cours
Qu’il vaut mieux ne chanter que des chansons d’amour
Que le sang sèche vite en entrant dans l’histoire
Et qu’il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m’arrêter ?
L’ombre s’est faite humaine, aujourd’hui c’est l’été
Je twisterais les mots s’il fallait les twister
Pour qu’un jour les enfants sachent qui vous étiez

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent

« Je trahirai demain »

Je trahirai demain pas aujourd’hui.
Aujourd’hui, arrachez-moi les ongles,
Je ne trahirai pas.

Vous ne savez pas le bout de mon courage.
Moi je sais.
Vous êtes cinq mains dures avec des bagues.
Vous avez aux pieds des chaussures
Avec des clous.

Je trahirai demain, pas aujourd’hui,
Demain.
Il me faut la nuit pour me résoudre,
Il ne faut pas moins d’une nuit
Pour renier, pour abjurer, pour trahir.

Pour renier mes amis,
Pour abjurer le pain et le vin,
Pour trahir la vie,
Pour mourir.

Je trahirai demain, pas aujourd’hui.
La lime est sous le carreau,
La lime n’est pas pour le barreau,
La lime n’est pas pour le bourreau,
La lime est pour mon poignet.

Aujourd’hui je n’ai rien à dire,
Je trahirai demain.

Marianne Cohn, 1943

 Les fusillés de Châteaubriant

Ils sont appuyés contre le ciel
Ils sont une trentaine appuyés contre le ciel,
Avec toute la vie derrière eux
Ils sont pleins d’étonnement pour leur épaule
Qui est un monument d’amour

Ils n’ont pas de recommandation à se faire
Parce qu’ils ne se quitteront jamais plus
L’un d’eux pense à un petit village
Où il allait à l’école
Un autre est assis à sa table
Et ses amis tiennent ses mains
Ils ne sont déjà plus du pays dont ils rêvent
Ils sont bien au dessus de ces hommes
Qui les regardent mourir
Il y a entre eux la différence du martyre
Parce que le vent est passé là où ils chantent
Et leur seul regret est que ceux
Qui vont les tuer n’entendent pas
Le bruit énorme des paroles
Ils sont exacts au rendez-vous
Ils sont même en avance sur les autres
Pourtant ils disent qu’ils ne sont plus des apôtres
Et que tout est simple
Et que la mort surtout est une chose simple
Puisque toute liberté se survit.

René Guy Cadou

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Humanité en danger |
Littsocmontesquieu |
Bonjour, c'est la CGT ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyancelyon
| Prostitution : faut-il péna...
| Fo Ville de Bourges